« Il faut tout un village
pour élever un enfant »

[proverbe africain]

Un entourage bienveillant et soutenant contribue au développement harmonieux des jeunes et à leur bonne santé mentale. Cela est sans doute encore plus vrai lorsqu’un jeune doit faire face à de grands défis comme immigrer, naviguer à travers différentes cultures ou faire face à de la discrimination. En plus de leur offrir un village bienveillant, il importe de soutenir les jeunes issus de l’immigration ou des groupes racisés afin qu’ils développent leurs propres stratégies, leur permettant ainsi de relever les défis qu’ils sont susceptibles de rencontrer et de développer leur résilience.

L’objectif des travaux menés au sein du Laboratoire de recherche Tout un village est de documenter et de promouvoir les facteurs de développement positif chez les jeunes issus de l’immigration et des groupes racisés. Nos travaux visent également à évaluer les pratiques et programmes favorisant le développement positif chez ces jeunes, et ultimement, à contribuer au développement de meilleures pratiques en ce sens.

Axes de recherche, cadres théoriques et approches. 

Axe 1

Étudier le développement positif des jeunes issus de l’immigration et des groupes racisés, ainsi que les facteurs qui y contribuent

  • Les facteurs individuels (ex : trajectoires migratoires, représentations, stratégies adaptatives, engagement scolaire, etc.);
  • Les facteurs environnementaux et sociaux (ex : le soutien social prodigué par l’entourage familial (parents, fratrie), scolaire (pairs et adultes) et communautaire).

Axe 2

Contribuer à l’évaluation et au développement des pratiques et interventions favorisant le développement positif des jeunes issus de l’immigration ou des groupes racisés

  • Participer à l’évaluation de programmes prometteurs mis en place dans les milieux;
  • Identifier et promouvoir les meilleures pratiques pour soutenir le développement positif de ces jeunes;
  • Proposer de nouveaux programmes et pratiques qui permettent de soutenir la résilience de ces jeunes.

Modèle d'adaptation résilience des jeunes issus de l'immigration

Inscrire la résilience dans son contexte développement, culturel et social

La notion de résilience est complexe et multidimensionnelle, mais peut être grossièrement définie par un ensemble de comportements fonctionnels malgré la présence de facteurs de risque (Masten, 2014). S’intéresser à la résilience des jeunes issus de l’immigration et des groupes racisés implique de considérer les conditions d’adversités vécues par les jeunes, mais également les ressources qui permettent leur développement positive et leur bien-être malgré les expériences stressantes vécues.

Le modèle d’adaptation résiliente des jeunes issus de l’immigration développé par Motti-Stefanidi (2018) intègre à la fois une perspective développementale et culturelle afin de comprendre la résilience des jeunes issus de l’immigration et les facteurs qui y contribuent. En examinant différentes périodes développementales (enfance, adolescences et âge adulte émergent) dans ses études, le Laboratoire Tout un village contribue à documenter la manière dont la résilience des jeunes issus de l’immigration et des groupes racisés s’actualise au cours du développement. De plus, ce modèle met en lumière le rôle de la culture dans la définition et la compréhension de la résilience.

L’approche psychoéducative

L’approche psychoéducative s’intéresse aux déséquilibres qui demandent aux jeunes de modifier leur fonctionnement pour s’adapter à une situation et ultimement atteindre un niveau plus optimal de fonctionnement (Gendreau, 2001) . Nos travaux s’intéressent à plusieurs situations à l’origine de tels déséquilibres: l’immigration, le stress d’acculturation, l’intégration au système scolaire québécois, le début des études secondaires et postsecondaires, la transition vers l’âge adulte. Selon ce modèle, l’adaptation se construit par l’interaction constante et dynamique entre les caractéristiques personnelles d’un jeune et celles de son environnement social (pairs, parents, personnel scolaire, communauté). Ainsi, dans un contexte de déséquilibre, l’environnement social est amené à jouer un rôle crucial, qui peut favoriser ou nuire à l’adaptation du jeune. Cette approche se concrétise dans les travaux de l’équipe du Laboratoire Tout un village par l’étude approfondie du rôle des différents acteurs qui constituent l’entourage social des jeunes issus de l’immigration et des groupes racisés.

Ainsi, dans un contexte de déséquilibre, l’environnement social est amené à jouer un rôle crucial, qui peut favoriser ou nuire à l’adaptation du jeune. Cette approche se concrétise dans les travaux de l’équipe du Laboratoire Tout un village par l’étude approfondie du rôle des différents acteurs qui constituent l’entourage social des jeunes issus de l’immigration et des groupes racisés.

Soutenir le pouvoir d’agir
(Empowerment)

Cette approche reconnaît le pouvoir de décider et d’agir des jeunes. Elle offre une vision positive du développement et propose de miser sur les ressources et le potentiel de la personne pour favoriser son développement (Harris, 2016). Cette approche se concrétise de différentes manières dans les travaux menés au sein du Laboratoire de recherche Tout un village. D’abord, en reconnaissant les jeunes comme les experts de leur situation, ayant une perception unique de ce qui est bon et juste pour eux, et en leur donnant la parole par le biais de méthodologies adaptées à leur niveau développemental leur permettant d’exprimer leur point de vue (méthodes centrées sur le jeune, méthodes participatives, méthodes mixtes et qualitatives). De plus, les travaux de l’équipe s’intéressent et font la promotion de la capacité des jeunes à faire face à l’adversité ainsi qu’aux ressources personnelles et sociales qu’ils possèdent pour le faire. En effet, même si l’expérience migratoire comporte son lot de défis, les travaux menés au sein du Laboratoire de recherche Tout un village permettent de mettre de l’avant les forces et les capacités des jeunes issus de l’immigration.

References:
Gendreau, G. (2001). Jeunes en difficulté et intervention psychoéducative. Éditions Sciences et culture.
Harris, R. B. (2016). Empowerment : Cross-cultural Perspectives, Strategies and Psychological Benefits. Nova Science Publishers, Inc.
Masten, A. S. (2014). Global perspectives on resilience in children and youth.Child development, 85(1), 6-20.
Motti-Stefanidi, F. (2018). Resilience among immigrant youth: The role of culture, development and acculturation. Developmental
Review, 50, 99-109.